Eric D. Widmer

Widmer E., Robert-Tissot C., Sapin M. (2007). Intimités conjugales et configurations familiales. Une application du Family network method aux populations cliniques. In : Burton-Jeangros C. Widmer E., Lalive d’Epinay C. (eds). Interactions familiales et constructions de l’intimité. Paris, L’Harmattan, pp. 381-398.

L'intimité a émergé, dans la modernité, comme élément fondamental du bien-être individuel et de l’intégration sociale, répondant aux besoins d'estime de soi et de reconnaissance de l'identité propre (Berscheid & Reis, 1998), et comme fondement du couple et de la famille. Nombreuses sont les études attribuant l’apparition de graves conflits conjugaux, la mauvaise gestion du conflit, le divorce ou la violence conjugale, à l'érosion de l'intimité. Ces mêmes travaux suggèrent que le manque d'intimité dans la relation de couple est responsable de troubles tant relationnels et affectifs que sexuels (Reis & Shaver, 1988), pouvant conduire à la dépression (Crowe, 1997; Berscheid & Reis, 1998). Au point que, pour certains thérapeutes, "guérir le couple" et ses protagonistes passe nécessairement par l'amélioration ou l'intensification de l'intimité conjugale (Prager, 1995 & 1999). Ce chapitre entend voir dans quelle mesure les individus souffrant de troubles psychiques se distinguent dans leurs dynamiques conjugales, du point de vue du soutien, du conflit et de l’influence, en utilisant le Family network method, une méthode originale, issue de la sociométrie (Widmer, 1999a). L’utilité de cette méthode pour l’analyse des configurations relationnelles (Elias, 1978) dans lesquelles s’inscrivent les individus psychiquement fragiles sera illustrée par trois vignettes cliniques.
Ref bibtex |



Welcome, Publications, Research, Links, Conferences,Public interventions,Search this site